Transcription texte de cette vidéo: https://youtu.be/uMP2ONz78n0

Les sociétés secrètes d’Allemagne : le Vril, Thulé, et le Soleil noir.

 En raison de l'absence de documents publics, il y a beaucoup de controverses quant à la date
à laquelle fut créée la Société du Vril et même quant à son existence.
Cependant, plusieurs informations anecdotiques existent au sujet de sa création et de ses
activités.
Selon ces sources, la société fut créée en 1919, comme ramification d‟une grande
société métaphysique dirigée par de riches aristocrates allemands et nommée la Société
de Thulé (Thule-Gesellshaff).
La Société de Thulé fut formée le 17 août 1918, à Munich, par le baron Rudolf von Sebottendorf,
comme ramification du Germanenorder (l‟Ordre des Teutons), fondé en 1912.
La Société de Thulé est mieux connue comme étant l‟organisation qui a commandité
la création du Parti ouvrier allemand (Deutsche Arbeiterpartei), lequel fut formé le 5 janvier
1919, à Munich.
Adolf Hitler en devint le 55e membre, et le 7e membre de son comité exécutif en raison
de ses talents oratoires.
Le Parti ouvrier allemand fut rebaptisé le Parti national-socialiste des travailleurs
allemands (NSDAP ou Parti nazi) le 24 février 1920.
Les dirigeants de la Société de Thulé croyaient qu‟ils pourraient contrôler en coulisses
le nouveau parti ouvrier en créant une nation allemande fondée sur des principes métaphysiques,
sur les cendres de la Première Guerre mondiale.
L‟emblème de la Société de Thulé était une version du svastika [la croix gammée],
qui fut adopté plus tard par Hitler et le Parti nazi.
Parmi les membres de la Société de Thulé qui se sont hissés à des postes éminents
dans le Parti nazi, il y eut Rudolf Hess, qui devint Führer adjoint en 1933 et demeura
à ce poste jusqu‟en 1941, alors qu‟il s‟envola mystérieusement vers la Grande-Bretagne
pour une mission de paix qui a échoué.
La Société de Thulé croyait à l‟existence d‟une civilisation (souterraine) avancée
dans l‟extrême Nord, appelée Hyperborée, mentionnée dans les légendes grecques et
romaines, et dont l‟ancienne capitale était Ultima Thulé.
Les membres de la Société de Thulé croyaient que les Hyperboréens étaient les géniteurs
de la race aryenne.
Les Hyperboréens pouvaient exploiter l‟énergie « vril » essentielle à l‟utilisation
de technologies futuristes créées originellement par d‟anciennes civilisations.
Les membres de la Société de Thulé croyaient que ces technologies avancées étaient cachées
en divers lieux du globe.
Plus d‟une décennie plus tard, la SS incorporerait ces croyances de la Société de Thulé en
utilisant un ministère d‟éducation spécialisée appelé Ahnenerbe [« héritage ancestral
»], créé en 1935.
L‟Ahnenerbe commanditait des expéditions dans des pays lointains, comme le Tibet et
le Pérou, recherchant des informations sur les origines de la race aryenne et sur les
technologies utilisées par les anciennes civilisations.
Les dirigeants de la Société de Thulé soutenaient avec enthousiasme l‟étude du roman d‟Edward
Bulwer-Lytton publié en 1871, La Race future, qui montrait comment l‟avenir de l‟humanité
serait déterminé par ceux qui étaient les mieux habilités à comprendre et utiliser
la force du Vril.
Ce roman fut aussi approuvé par des leaders métaphysiques occidentaux, comme Helena Blavatsky,
fondatrice de la Société théosophique créée à New York en 1875.
Le résumé de l‟intrigue qui suit illustre la croyance des dirigeants de la Société
de Thulé et des futurs officiels nazis quant à la puissance de la force du Vril.
« Le roman est centré sur un jeune voyageur riche et indépendant (le narrateur) qui découvre
accidentellement un monde souterrain occupé par des êtres qui ressemblent à des anges
et qui se nomment Vril-ya.
Le héros découvre rapidement que les Vril-ya sont les descendants d‟une civilisation
antédiluvienne qui vivait dans un réseau de cavernes reliées par des tunnels.
Il s‟agit d‟une Utopie soutenue technologiquement et dont le principal outil est un fluide qui
imprègne tout appelé Vril, une source latente d‟énergie que ses hôtes spirituellement
évolués sont capables de maîtriser par l‟entraînement de leur volonté, à un
degré dépendant de leur constitution héréditaire, et qui leur donne accès à une force extraordinaire
pouvant être contrôlée à volonté.
Les pouvoirs de la volonté comprennent l‟aptitude à réparer, à transformer et à détruire
les êtres et les choses ; les pouvoirs destructifs, en particulier, sont étonnamment puissants,
permettant à quelques jeunes enfants Vril-ya d‟anéantir des villes entières si c‟est
nécessaire.
Il semble aussi que les Vril-ya soient parfaitement télépathiques.
» Il importe de souligner que Bulwer-Lytton établissait la télépathie comme mode de
communication privilégié des Vril-ya.
Les dirigeants métaphysiques comme Blavatsky croyaient que la télépathie était nécessairement
un signe de l‟intelligence supérieure requise pour comprendre et exploiter la force du Vril.
En conséquence, la Société de Thulé accordait beaucoup d‟attention à l‟examen de quiconque
démontrait des aptitudes télépathiques indubitables.
Maria Orsic aurait rencontré antérieurement Sebottendorf et trois autres membres de la
Société de Thulé, à Vienne, en 1917, afin de discuter de questions occultes liées à
ses communications télépathiques110.
En conséquence, les dirigeants de la Société de Thulé étaient au courant des aptitudes
télépathiques remarquables d'Orsic, qui pouvait entrer totalement en état de transe
et communiquer avec toute une gamme d'êtres d'un autre monde.
Orsic a déménagé à Munich en 1919, et elle a pris contact avec Sebottendorf et la
Société de Thulé.
Les dirigeants de celle-ci croyaient qu‟Orsic et d‟autres personnes comme elle pourraient
les aider à comprendre et utiliser la force du Vril.
Ils ont soutenu avec enthousiasme Orsic et le groupe de jeunes dames dont elle s‟entourait
à Munich, et qui étaient également douées psychiquement.
C‟est en cette période qu‟elle aurait créé la Alldeutsche Gesellschaft für Metaphysik
(Société métaphysique pangermanique), qui fut renommée plus tard « Société du Vril
» (Société des femmes Vrilerinnen).
Un autre changement de nom a apparemment eu lieu en 1941, quand Hitler a mis hors-la-loi
les sociétés secrètes.
Orsic enregistra la société comme une entreprise nommée Antriebstechnische Werkstâtten (Ateliers
de propulsion du Vril ). Ces dames douées psychiquement se consacraient au développement
de techniques pour communiquer avec des êtres d‟autres mondes et apprenaient à exploiter
la force du Vril.
En 1919, Orsic commença à canaliser des êtres qui se disaient des extraterrestres
du système solaire d‟Aldébaran.
Au moyen de l‟écriture automatique, elle écrivit de nombreuses pages d‟apparentes
informations techniques en deux langues étrangères, dont l'une qu'elle ne reconnut pas.
Un autre médium éminent, Sigrun, l'aida à comprendre le contenu de ce texte en obtenant
de claires images mentales d‟une soucoupe volante.
Orsic et Sigrun ont cru que ces informations révélaient comment construire un vaisseau
spatial.
Plus tard la même année, Orsic et Sigrun ont rencontré des membres de la Société
de Thulé qui purent déterminer que l‟une des deux langues de l‟écriture automatique
était en réalité de l‟ancien sumérien.
On fit venir des experts pour traduire le texte d‟Orsic.
Leur traduction confirma les images mentales de Sigrun : il s‟agissait bien d‟instructions
techniques pour construire un type de moteur révolutionnaire qui pourrait faire fonctionner
un vaisseau spatial.
Orsic et des membres de la Société de Thulé qui l‟appuyaient firent voir à plusieurs
scientifiques les informations traduites afin qu‟ils déterminent si c‟était scientifiquement
faisable.
On dit que le docteur Winffied Schumann a étudié les informations obtenues par Orsic
et qu‟il a cru que c‟était scientifiquement faisable.
Schumann et Orsic auraient commencé à se rencontrer pour discuter de diverses questions
liées à la construction de l‟appareil.
Selon le chercheur Rob Arndt, la première tentative pour construire un prototype de
soucoupe volante a eu lieu durant la période de 1922 à 1924.
Ce qui est significatif ici, c‟est qu‟en 1924 Schumann commença à enseigner à l‟Université
technique de Munich et à diriger le Laboratoire d‟électrophysique.
Avec le financement privé de membres de la Société de Thulé, Schumann aurait pu facilement
tenter de construire un prototype d‟après les informations fournies par Orsic, et ce,
sans mettre en péril sa carrière ou sa réputation.
Après tout, son expertise était à la fine pointe de l‟électrostatique à haute tension
et de la physique des plasmas.
La construction de prototypes basés sur les conceptions d‟Orsic aurait fourni beaucoup
d‟informations sur l‟application pratique de l‟électrostatique à haute tension et
de la physique des plasmas.
On dit qu‟Orsic aurait canalisé des informations supplémentaires des Aldébarans sur le vaisseau
lui-même.
Schumann aurait ensuite créé une proposition pour financer la construction de la première
soucoupe volante, une Jenseitsflugmaschine [« machine volante d‟un autre monde »] : « Il
a fallu deux mois au docteur Schumann pour créer un dossier scientifique concis, et
presque cinq mois pour obtenir le financement, même si les membres de la Société de Thulé
et du DHvSS (Die Herren vom Schwarzen Stein - les Seigneurs de la Pierre noire) étaient
riches et aisés...
» Schumann aurait été familiarisé avec la théorie de Viktor Schauberger, qui a été
le premier à avancer l‟idée de l‟implosion comme processus naturel fondamental de transfert
d‟énergie, par opposition au principe de l‟explosion.
Alors que le principe de l‟implosion est en accord avec la nature, l‟explosion n‟est
pas naturelle.
On pensait qu‟en utilisant le principe de l‟implosion on pourrait produire des effets
défiant la gravité, ainsi que de nouvelles formes d‟énergie.
Dans une biographie détaillée, il fut confirmé que les idées de Schauberger faisaient partie
de divers projets de soucoupes volantes et de sur-unité (énergie libre) auxquels il
a travaillé au cours de sa vie.
Selon de présumés dossiers de la SS qui furent découverts après la Deuxième Guerre
mondiale, Schumann aurait partagé les vues de Schauberger : « En toutes choses, nous
reconnaissons deux principes qui déterminent les événements : la lumière et l‟obscurité,
le bien et le mal, la création et la destruction, comme en électricité, où il y a le positif
et le négatif.
C‟est toujours l‟un ou l‟autre.
Ces deux principes - la création et la destruction - déterminent également nos moyens techniques.
[...] Tout ce qui est destructif est d‟origine satanique et tout ce qui est créatif est
d‟origine divine.
[...] Toute technologie basée sur l‟explosion ou la combustion doit donc être qualifiée
de satanique.
Le nouvel âge qui vient sera celui d‟une nouvelle technologie, positive et divine.
» Selon des sources citées par Peter Moon, spécialiste des programmes secrets, la Société
du Vril aurait placé des annonces afin d‟attirer du financement pour son projet de soucoupe
volante : « La Société du Vril n‟a pas obtenu le financement dont elle avait besoin,
même si des annonces conçues pour recueillir de l‟argent pour son aéronef avaient paru
dans les journaux.
Ces annonces disaient clairement que l‟on tentait d‟utiliser une ancienne technologie
atlante, ce qui n‟était pas un concept impopulaire dans l‟Allemagne des années
1920.
» Les premiers modèles de soucoupes volantes furent apparemment des échecs.
Une collaboration soutenue entre Schumann et Orsic au cours des années suivantes les
aurait conduits à travailler à des prototypes de soucoupes volantes.
Selon Moon, le premier prototype réussi fut produit en 1934 : « Deux départements spéciaux
furent établis pour se consacrer au développement de cette nouvelle technologie de vol de la
Société du Vril : le U-13 et le SS-E-4.
Ce dernier fut sous la supervision directe d‟Heinrich Himmler et connu comme le groupe
de développement numéro quatre du Soleil noir [une société secrète comprenant l‟élite
nazie].
Le SS-E était basé sur les travaux de Viktor Schauberger.
» Voici où la date de 1931 devient pertinente.
Comme il fut expliqué plus haut, le mémorandum du général Garland mentionne que c‟est
en 1931 qu‟ont commencé en Allemagne les projets aéronautiques avancés qui furent
poursuivis plus tard par le gouvernement nazi.
De même, Dan Morris parle de deux ovnis/soucoupes volantes récupérés en 1931 et 1932.
Une explication plausible, c‟est qu‟il s‟agissait de prototypes développés par
Schumann.
Son expertise scientifique et ses travaux subséquents à la base aérienne de Wright-Patterson
l‟avaient certainement qualifié au plus haut point pour une telle entreprise.
Le plus pertinent, ici, c‟est de se demander quel rôle précis Orsic et la Société du
Vril ont joué dans la recherche sur les soucoupes volantes qui fut très probablement entreprise
par Schumann au cours des années 1920 et 1930.
Selon les sources examinées jusqu‟ici, Orsic et la Société du Vril ont entrepris
leurs recherches pour construire une soucoupe volante au cours des années 1920, en se basant
sur des informations canalisées en provenance d‟une présumée race extraterrestre se
trouvant dans le système solaire d‟Aldébaran.
Cela mena à la création d‟un programme spatial secret initialement financé par la
Société de Thulé et impliquant le professeur Schumann dès 1924.
L‟expertise de Schumann et sa position comme chef du Laboratoire d‟électrophysique de
l‟Université technique de Munich auraient certainement rendu possible la construction
secrète d‟un prototype de soucoupe volante du Vril.
Selon le témoignage de Stein/Kewper, les prototypes du Vril furent effectivement développés
avec succès et rapatriés plus tard sous l‟opération Paperclip pour une éventuelle
étude à l‟installation S-4 de la Zone 51.